Le parti-pris de l’abstraction :
« Ce qui est abstrait pour vous est réel pour moi » (Zao Wou Ki).
Représenter l’irréalité de la réalité, la vibration de la lumière, l’invisibilité de l’image.
La recherche de cet insaisissable me conduit à peindre seulement cet espace cité par Cézanne :« Je ne peins pas l’arbre, je peins l’espace qu’il y a entre moi et l’arbre.»

L’inspiration :
L’inspiration et le sujet se nourrissent de clichés du quotidien,  paysages entrevus, images étudiées, mots et rencontres, tranches de vie. La digestion en produit des arrêts sur images qui s’imposeront sur la toile.
Alors seulement j’apprendrai ce que je voulais faire savoir, j’entendrai ce que je voulais dire.

La méthode :
D’abord le chaos.
Et je mélange, je superpose, j’efface, je gratte, je le passe sous la douche, je colle, j’arrache, je remets une couche, je coupe le son, je racle, je noie, je piétine, je calme.
Et je filtre.
Jusqu’à trouver une histoire, comme une promenade possible.
Un apaisement.

Mon but est d’entraîner le spectateur à son tour dans un processus de déambulation personnelle. A chacun de créer sa propre histoire.

Publié le par admin | Laisser un commentaire